Pourquoi le tirage au sort est-il plus démocratique ?

Donner la chance à chaque citoyen-ne de participer est bien plus démocratique que de voter des représentants à partir d’un maigre choix de candidat-es. Les parlementaires tirés au sort ne seraient pas élus sur la base de promesses et de belles paroles. Le but ne serait plus d’acquérir un maximum de pouvoir, de représenter des intérêts (de partis) particuliers ou d’accroître sa renommée. Les personnes désignées par le sort seraient légitimées par le seul fait d’exercer leur mandat pour le bien de la communauté. Actuellement en politique, les apparences comptent trop souvent plus que les contenus ; certaines personnes sont exclues pour la simple raison qu’elles ne sont pas photogéniques ou ne savent pas bien s’exprimer en public.

Pourquoi la culture politique s'en trouverait-elle renforcée ?

Les personnes désignées par tirage au sort se consacreraient entièrement à leur mandat. Elles ne devraient pas défendre leur territoire comme des loups et considérer les autres comme des concurrents. Elles ne devraient pas suivre comme des moutons la ligne d’un parti. Le tirage au sort crée une atmosphère de collaboration constructive. Aujourd’hui les débats sont souvent dominés par des positions de parti connues d’avance, et il est plus important d’avoir raison et de se faire remarquer que de mener un dialogue constructif en vue de trouver des solutions.

Pourquoi le tirage au sort est-il plus honnête et plus transparent ?

Lorsqu’un parlement est composé de personnes tirées au sort, le pouvoir et l’argent sont mis hors-jeu et tout le monde est mis sur un pied d’égalité. Les groupes politiques actuels ont peu de chances de se faire entendre, aussi intéressantes que soient leurs idées. Les débats sont monopolisés par des faiseurs d’opinion et c’est probablement aussi pour cette raison que les citoyennes et citoyens éprouvent de moins en moins d’intérêt pour la politique et ses institutions.

Pourquoi le tirage au sort est-il plus adapté à notre époque ?

Parce que les parlementaires ne sont plus choisis parmi une élite. Le tirage au sort stimule les capacités intellectuelles, émotionnelles et spirituelles de toute la population suisse. Le tirage au sort renforce de manière durable l’intérêt pour la politique et la participation. On peut comprendre qu’après la révolution française, une majorité de la population n’ait pas été suffisamment compétente et informée pour être en mesure d’édicter des lois, puisqu’elle était d’abord obligée d’assurer sa survie. Aujourd’hui, alors que l’égalité entre hommes et femmes ainsi que la formation pour toutes et tous est assurée, il n’y a aucune raison de maintenir un système électoral patriarcal et d’empêcher certains groupes de population d’accéder à la participation politique.

Et qu'en est-il des compétences ?

Les parlementaires élus par le biais de listes de partis ne passent pas de test de capacité pour pouvoir exercer leur mandat. Ou alors savez-vous, au moment de voter, s’ils sont vraiment qualifiés pour cette tâche ?
Il s’agirait bien plus d’adapter le système actuel de manière à ce que toutes les personnes élues reçoivent une formation, qui pourrait par exemple être dispensée par les services parlementaires. Elles devraient également pouvoir faire appel à des spécialistes pour certains dossiers et ainsi bénéficier d’un accompagnement. Les moyens financiers actuellement accordés aux fractions pourraient être utilisés pour ces tâches. Les parlementaires élus par le sort développeraient ainsi leurs compétences en exerçant leur fonction. A long terme, la formation politique devrait également être plus souvent pratiquée dans les écoles, de manière à préparer les jeunes aux tâches qu’ils seraient appelés à exercer s’ils étaient tirés au sort.

Voter la liste 12 non modifiée = promouvoir le tirage au sort !